18/02/2010

Un Congolais embarque une prostituée

 Un Congolais embarque une prostituée dans sa voiture.
- Toi dimandes combien de l'heure? lui demanda-t-il?.
- $100,  lui répond-elle.
- Fais-tu à manière congolaise? lui demande-t-il.
- Non, lui dit-elle un peu méfiante.
- Et si j'te donne $200?
- Pas plus, dit-elle, ne voulant pas prendre de risque.
- $300 ! '
- Non , répondit-elle.
- OK, j'te paye $1000, et c'est dernière offre.
Après avoir réfléchi un petit moment à la somme proposée, la fille accepte
finalement l'offre du Congolais.
Après trois heures d'ébats passionnés, le Congolais se lève et va se
rhabiller.
Exténuée et un peu surprise, la prostituée lui demande:
- Ecoute, quand tu m'as demandé de te faire l'amour à la manière congolaise,
je m'attendais à quelque chose d'un peu pervers et dégoûtant. Qu'est-ce que
c'est
exactement la manière congolaise?
Le Congolais lui répond:
- Toi envoies facture au gouvernement

19:56 Écrit par ness dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | | | Pin it! |

Un professeur à l'Ecole de Médecine

 Un professeur à l'Ecole de Médecine fait un cours aux élèves de 1ère.
 année sur /"Les Contractions Musculaires Involontaires"./
 
 Réalisant que l'intérêt suscité chez ses étudiants est très relatif, il
 décide de les réveiller un peu en posant la question suivante à une
 jeune femme assise au 1^er rang:
 
 "Est-ce que vous savez ce que fait votre trou du cul lorsque vous avez
 un orgasme?"
 
 Elle lui répondit alors: "Oui, il est au stade de Sclessin pour
 encourager le Standard"
 
Il a fallu plus d'une demi-heure pour rétablir l'ordre dans l'amphithéâtre

13:22 Écrit par ness dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | | | Pin it! |

Horrible,moi je resterais en Belgique

Il y a 2 ans j'ai du annuler mon vol vers l'Indonésie à cause du Tsunami,  250.000 morts, Cette année j'ai du annuler mon vol vers Haïti à cause du tremblement de terre,  200.000 morts,l'année prochaine je vais au Maroc, je suis impatient

12:01 Écrit par ness dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | | | Pin it! |

17/02/2010

 Deux hommes

 

Deux hommes, tous les deux gravement malades, occupaient la même chambre d'hôpital.

 

L'un d'eux devait s'asseoir dans son lit pendant une heure chaque après-midi afin d'évacuer les sécrétions de ses poumons, son lit était à coté de la seule fenêtre de la chambre.

 

L'autre devait passer ses journées couché sur le dos. Les deux compagnons d'infortune se parlaient pendant des heures. Ils parlaient de leurs épouses et de leurs familles, décrivaient leur maison, leur travail, leur participation dans le service militaire et les endroits ou ils avaient été en vacances.

 

Et chaque après-midi, quand l'homme dans le lit près de la fenêtre pouvait s'asseoir, il passait le temps à décrire à son compagnon de chambre tout ce qu'il voyait dehors.

 

L'homme dans l'autre lit commença à vivre pendant ces périodes d'une heure où son monde était élargi et égayé par toutes les activités et les couleurs du monde extérieur.

 

De la chambre, la vue donnait sur un parc avec un beau lac, les canards et les cygnes jouaient sur l'eau tandis que les enfants faisaient voguer leurs bateaux en modèles réduits. Les amoureux marchaient bras dessus, bras dessous, parmi des fleurs aux couleurs de l'arc-en-ciel, de grands arbres décoraient le paysage et on pouvait apercevoir au loin la ville se dessiner.

 

Pendant que l'homme près de la fenêtre décrivait tous ces détails, l'homme de l'autre coté de la chambre fermait les yeux et imaginait la scène pittoresque.

 

Lors d'un bel après-midi, l'homme près de la fenêtre décrivit une parade qui passait par-là. Bien que l'autre homme n'ait pu entendre l'orchestre, il pouvait le voir avec les yeux de son imagination, tellement son compagnon le dépeignait de façon vivante.

 

Les jours et les semaines passèrent.

 

Un matin, à l'heure du bain, l'infirmière trouva le corps sans vie de l'homme près de la fenêtre, mort paisiblement dans son sommeil.

 

Attristée, elle appela les préposés pour qu'ils viennent prendre le corps.

 

Dès qu'il sentit que le moment était approprié, l'autre homme demanda s'il pouvait être déplacé à coté de la fenêtre.

 

L'infirmière, heureuse de lui accorder cette petite faveur, s'assura de son confort, puis elle le laissa seul.

 

Lentement, péniblement, le malade se souleva un peu, en s'appuyant sur un coude pour jeter son premier coup d'oeil dehors.

 

Enfin, il aurait la joie de voir par lui-même ce que son ami lui avait décrit. Il s'étira pour se tourner lentement vers la fenêtre près du lit.

 

Or, tout ce qu'il vit, fut un mur !

 

L'homme demanda à l'infirmière pourquoi son compagnon de chambre décédé lui avait dépeint une toute autre réalité.

 

L'infirmière répondit que l'homme était aveugle et ne pouvait même pas voir le mur.

Peut-être a-t-il seulement voulu vous encourager, commenta-t-elle.

 

 

Epilogue :

 

Il y a un bonheur extraordinaire à rendre d'autres heureux, en dépit de nos propres épreuves.

 

La peine partagée réduit de moitié la douleur, mais le bonheur, une fois partagé, s'en trouve doublé.

 

Si vous voulez vous sentir riche, vous n'avez qu'à compter, parmi toutes les choses que vous possédez, celles que l'argent ne peut acheter.

 

Aujourd'hui est un cadeau, c'est pourquoi on l'appelle présent.

22:55 Écrit par ness dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | | | Pin it! |

Le P'tit Vieux

Le P'tit Vieux
- BONJOUR MADAME, JE VOUDRAIS DU VIAGRA...
- OUI MONSIEUR, COMBIEN EN VOULEZ-VOUS ?
- OH, TRÈS PEU, 5 OU 6 COMPRIMÉS SUFFIRONT PARCE QUE JE VAIS LES COUPER EN 4.
- HEU... SI JE PEUX ME PERMETTRE MONSIEUR, J'AI BIEN PEUR QU'UNE SI PETITE DOSE SOIT  INSUFFISANTE POUR MAINTENIR UNE RAIDEUR  ACCEPTABLE DURANT ASSEZ LONGTEMPS....

- OH LÀ, JE VOUS ARRÊTE ! CA N'A RIEN À VOIR AVEC LE SEXE!  MOI J'AI PLUS DE 90 ANS ET TOUT CE QUE JE VEUX,  C'EST ARRIVER À PISSER SUFFISAMENT LOIN POUR NE PAS MOUILLER MES PANTOUFLES !!!!!!!!!!!!

22:46 Écrit par ness dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | | | Pin it! |

Au cours d'une de ses visites

Au cours d'une de  ses visites royales à  Nieuwpoort, Albert II se trouve près de la  statue équestre de son  grand-père Albert Ier.
Le roi Albert II contemple la statue  et  rêve quelque  peu. Soudainement, il entend une voix: "Mon petit  Albert, j'ai besoin  d'un nouveau cheval."  
Albert  II s'effraie et pense qu'il  rêve. Lorsqu'il entend à nouveau la  voix qui lui demande  clairement: "Albert, amène-moi immédiatement un  nouveau cheval  !"
Le roi roule à toute vitesse à  Bruxelles et raconte son histoire à  Yves Leterme: ". Ce dernier  n'en croit rien et les deux se rendent à  Nieuwpoort.
Lorsqu'ils approchent de la statue, une  voix très fâchée dit: " Albert,  tu devrais mieux écouter  : j'ai demandé un nouveau cheval, pas un âne  !"

22:40 Écrit par ness dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | | | Pin it! |

J'ai demandé un permis

 J'ai demandé un permis de construire pour la construction d'une nouvelle
 maison.
 Je la voulais 40 mètres de large sur 100 mètres de profondeur.
 J'ai prévu 9 tours et tourelles de hauteurs différentes le long du
 bâtiment.
 Je la voulais de couleur vert pastel.
 A l'extérieur, je voulais un système de sonorisation superpuissant .
 Un parking de 200 places est prévu à côté du bâtiment.

 La municipalité a refusé le permis de construire et m'a même demandé
 si j'étais bien dans ma tête.

 J'ai présenté à nouveau ma demande, mais cette fois j'ai appelé la
 maison une mosquée.
 Lundi, ils commencent les travaux.

22:35 Écrit par ness dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | | | Pin it! |